NicopatchLib 7 mg / 24 h boite de 28 patchs

NicopatchLIB 7mg/24h est un dispositif transdermique préconisé afin de vous aider à arrêter la cigarette. Son utilisation est réservée aux adultes et adolescents âgés de plus de 15 ans.  

Boite de 28 patchs

25,16 €

NicopatchLIB 7mg/24h est un dispositif transdermique préconisé afin de vous aider à arrêter la cigarette. Son utilisation est réservée aux adultes et adolescents âgés de plus de 15 ans.  

La brusque privation de nicotine habituellement apportée par le tabac peut être responsable de ressentis de sensations désagréables, appelés symptômes de manques ou de sevrage, indiquant une dépendance à la nicotine. 
NicopatchLIB 7mg/24h se présente sous forme de patch, et contient le médicament dans la partie qui colle à la peau. Une fois appliqué, il libère progressivement de la nicotine dans le corps, soulageant ainsi les symptômes de manque, et facilitant le sevrage tabagique. Cela permet de prévenir la rechute des fumeurs motivés pour arrêter de fumer. 
Si, après 6 mois de traitement, votre envie de fumer n'a pas disparu, il est nécessaire d'en parler avec votre médecin. 

L'utilisation de ces patchs est réservée à l'adulte et à l'adolescent âgé de plus de 15 ans. Il ne doivent cependant pas être employé par les fumeurs de moins de 18 ans sans les recommandations d'un professionnel de santé.Vous devez veiller à toujours utiliser NicopatchLIB 7mg/24h en suivant exactement les instructions de cette notice, ou les indications de votre médecin ou de votre pharmacien, auprès desquels vous pouvez également vérifier en cas de doute.Le traitement standard se déroule en 3 phases :la phase initiale, qui permet d'aider à arrêter le tabac, le suivi du traitement, qui consolide l'arrêt du tabac en commençant le sevrage nicotinique, le sevrage thérapeutique, qui aide à arrêter le traitement. L'ensemble du traitement au moyen de NicopatchLIB 7mg/24h dure 3 mois en moyenne. Sa durée peut cependant varier selon la réponse individuelle, mais la durée totale ne doit pas dépasser 6 mois.Afin d'utiliser le dispositif transfermique, vous devez ouvrir le sachet au moyen d'une paire de ciseau pour en sortir ce dernier. Puis, il est nécessaire de retirer la feuille de protection détachable prédécoupée. Le patch doit être appliqué immédiatement après ouverture, sur une peau sèche, sans lésion cutanée et où la pilosité est rare (par exemple : l'omoplate, la hanche, face externe du bras ...). Afin d'assurer une adhérence optimale, vous devez presser fortement sur toute la surface du patch avec la paume de la main, et ce, durant au moins 10 secondes. Il est recommandé d'éviter de l'appliquer sur les zones mobiles telles que les articulations, car ces dernières sont sujettes aux frottements des vêtements. Vous devez changer le site d'application chaque jour tout en évitant, dans la mesure du possible, de replacer le patch au même endroit durant quelques jours. Le dispositif doit rester en place 24 heures durant. Si vous rencontrez des difficultés d'endormissement, demandez l'avis de votre médecin ou pharmacien. Au cours de l'utilisation, évitez le contact avec les yeux et le nez, et lavez-vous les mains après avoir manipulé un patch.
Les bénéfices de l’arrêt du tabac l’emportent sur les éventuels risques associés à un usage approprié de la substitution nicotinique.Diabète : il faut conseiller aux patients diabétiques de surveiller leur glycémie plus attentivement que d’habitude, à l’arrêt du tabac et lors de l’initiation du traitement de substitution, car la diminution de la libération de cathécholamines induite par la nicotine peut affecter le métabolisme des glucides.Maladies cardio-vasculaires : Chez les patients ayant eu récemment un infarctus du myocarde, présentant un angor instable ou s’étant aggravé incluant l’angor de Prinzmetal, des arythmies cardiaques sévères, une hypertension non contrôlée ou un accident vasculaire cérébral récent, l’arrêt du tabac ou la mise en place du traitement de substitution doit se faire sous étroite surveillance médicale.Affections cutanées : utiliser avec précaution (voir rubrique 4.2). En cas de réaction cutanée sévère ou persistante, il est recommandé d’arrêter le traitement et d’utiliser une autre forme pharmaceutique.Une évaluation du rapport bénéfice risque doit être effectuée par un professionnel de santé spécialisé pour les patients présentant les pathologies suivantes :· Insuffisance rénale ou hépatique : utiliser avec précaution chez les patients atteints d’une forme modérée à sévère d’insuffisance hépatique et/ou d’insuffisance rénale sévère car la clairance de la nicotine ou ses métabolites peut être diminuée avec le risque d’une augmentation possible des effets indésirables.· Phéochromocytome et hyperthyroïdie non contrôlée : utiliser avec précaution chez les patients souffrant d’hyperthyroïdie non contrôlée ou de phéochromocytome car la nicotine provoque la libération de catécholamines.· Maladies gastro-intestinales : utiliser avec précaution chez les patients souffrant d’ulcère gastroduodénal car la nicotine peut exacerber les symptômes.Utilisation en association avec une autre forme de substitut nicotinique : les mises en garde et précautions d’emploi de l’association sont celles de chaque traitement utilisé seul.Danger pour les jeunes enfants : les doses de nicotine tolérées par les fumeurs adultes et adolescents peuvent entraîner une intoxication sévère pouvant être fatale chez le jeune enfant (voir rubrique 4.9). Les produits contenant de la nicotine ne doivent pas être laissés dans des lieux inappropriés, ceci pourrait conduire à des situations de mésusage, manipulation ou ingestion par des enfants. Même déjà utilisé, un patch peut contenir une quantité résiduelle de nicotine toxique chez l’enfant. NICOPATCHLIB doit être plié en deux avec le côté collant vers l’intérieur avant d’être jeté.Arrêt de la consommation de tabac : les hydrocarbures polycycliques aromatiques présents dans la fumée du tabac sont des inducteurs enzymatiques pour les médicaments dont le métabolisme est catalysés par le cytochrome CYP1A2 (et peut-être le CYP1A1). A l’arrêt du tabac, le métabolisme peut donc être diminué et entraîner en conséquence une augmentation des taux plasmatiques de ces médicaments